Skip to content

Consensus

Une sorte de consensus issu on ne sait trop d’où (la bourse pour les nuls) voudrait qu’une moyenne mobile à 20 séance soit un standard acceptable sur stock pair. Même si c’est le cas –ce qui n’est pas démontré- cet outil n’est pas adapté à notre recherche mais il reste efficace pour une mesure de tendances plus globales.

En voyant « danser » une moyenne mobile à 14 séances on a un bon aperçu de la différence entre les deux zones mais elle ne nous situera pas pour autant la frontière entre les deux.

FeeL80 p3 1

Le choix qui est à faire est simple et immédiatement perceptible sur le graphe ci-dessus : entrer sur un setup swing, même de bonne qualité, dans la zone de chaos a bien moins de chances d’être efficace qu’un swing-trade engagé pendant une période de cohérence.

La moyenne mobile à 14 séances est dansante en zone de chaos alors qu’elle est très ascendante en zone de cohérence haussière et très descendante en zone de cohérence baissière.

Par contre elle n’indiquera le retournement que tardivement.
L’ image suivante est un zoom d’une partie de la précédente.

FeeL80 p3 2

La zone charnière entre chaos et cohérence est dans le cercle (1). A ce moment le trader ne peut pas savoir s’il s’agit d’une nouvelle oscillation qui va s’inclure dans la zone de cohérence ou s’il s’agit bien du début d’une zone de cohérence.

Même si un setup valide se manifeste au moment de l’interface entre les deux zones (ce qui n’est pas le cas ici) il est préférable de l’ignorer.

Ces situations se rencontrent, elles ne sont pas si fréquentes mais leur existence impose que les setup soient toujours précis (repli-tassement-rupture).

La cohérence et le chaos

Dans les états de marché « bien orienté » personne ne souhaite se séparer de ses titres et l’offre étant raréfiée les prix montent dans les marchés haussiers (le contraire est symétrique dans les marchés baissiers où l’offre topoption régulé est plus abondante et où donc les cours chutent). Séance après séance la demande et/ou l’offre est régulière, ou “cohérente”.

Dans l’exemple ci-dessus trois points d’accès étaient possibles bien que le premier soit assez précoce. A l’instar de ce que l’on voit pour l’option binaire suisse, il est aisément constatable que ce qui est possible au sein d’une zone de cohérence ne l’est pas au sein d’une zone de chaos.

La frontière qui sépare une période de cohérence et une période de chaos n’est pas définissable à priori. Si la règle veut qu’en swing-trading 24 option on entre sur un marché le plus au début possible d’une période de cohérence pour en sortir au plus près de sa fin une élémentaire prudence veut qu’on s’assure d’abord qu’on est bien engagé dans une zone de cohérence.

(Continued)

Les critères pour initier et déboucler une position

La principale vision qu’il faut avoir d’une action est qu’au cours de son histoire elle présente alternativement deux attitudes distinctes : soit c’est le désordre, le chaos, soit c’est une ligne cohérente, la tendance et ce, quelques soient leurs durées selon optionweb amf.

Les cours n’ont jamais que 3 solutions à leur disposition : monter – dériver latéralement– descendre.

Monter et descente sont les périodes qui nous intéressent puisque c’est pendant ces périodes de tendance que se construisent les plus-values (que nous soyons engagés « long » ou « short »). La dérive latérale est notre ennemie puisque les cours varient sur un mode non cohérent. Il faut donc apprendre à rythmer son trading en accord avec cette notion fondamentale : « cohérence » une phase utile et « chaos » une phase dangereuse.

Le chaos est la période où les cours dérivent et peuvent changer de direction, le trader peut alors être brutalement jeté dedans. Dans les états de marché « non orienté », les cours peuvent connaître une volatilité historique accrue qui perturbe leur rythme d’évolution.

C’est le moment où ceux qui détiennent des titres choisissent de s’en séparer et où d’autres pensent que justement c’est le moment d’entrer en lice. Séance après séance, nouvelle après nouvelle, naît un état psychologique où les décisions ne sont plus rationnelles, où le marché devient “chaotique”. Des phases se succèdent et forment ensemble une période inexploitable pour le swing-trader.

Si le chaos est une source d’angoisse, la cohérence est confortable, elle permet au trader de s’inscrire légitimement dans une période favorable et c’est au sein de cette période que le swing trader va détecter les points d’entrées possibles.